Santa Maria, un paradis !

Nous n’avions pas prévu d’y venir et nous avons eu du mal à en repartir, on y serait bien resté une semaine ou deux de plus. Pour les voyageurs comme nous qui fuient le tourisme de masse, Santa Maria est un paradis.  Des vaches par centaines, du vert, pleins de verts différents en fait, ça sent la bouse, on marche dans de l’herbe qui chante sous nos pas, il y a des mouches, des abeilles, des oiseaux qui chantent…. Après le Cap Vert aride, ça fait du bien tout ça, vraiment! C’est une petite ile au sud est de l’archipel des Açores, on peut en faire le tour à pieds en 4 jours. En intercalant les travaux de réparations et des sorties nous avons réussi à faire les 3/4 du tour par morceaux. Si un jour vous allez là bas et que vous aimez marcher, faites le tour complet c’est superbe.

Nous avons quand même commencé par les travaux. Après le départ de Charlie qui devait faire sa clearence à Ponta Delgada, et avec l’aide de Romain, nous avons démonté la pièce cassée et préparé le recollage de la partie du pont arraché. La marina de Vila do Porto est très agréable et bien pratique pour faire des réparations, le chantier de Ricardo est à 2 pas, le bar du club de voile à 4 pas et la ville … sur les hauteurs il faut marcher 10 minutes. Tout le monde est très sympa et arrangeant et la sortie de l’eau des bateaux pas chère, de l’ordre de 90€ l’aller/retour, comparé aux 800€ à La Rochelle pour notre 14 mètres y a pas photo ! Bref, Ricardo peut nous faire la soudure et même renforcer la pièce, mais il est surchargé de boulot donc il va falloir attendre un peu et pour le reste des réparations il peut fournir le matériel, mais à nous de nous débrouiller. Heureusement c’est la partie que je sais faire! Je contacte aussi mon ami Hervé qui est gréeur à La Rochelle, on discute réglage de mât, ça m’aide à être plus serein pour la suite des réparations et savoir aussi quoi vérifier en haut.

Notre première randonnée nous permet de découvrir la cote sud de l’île. Nous partons à pied de la marina et prenons le sentier côtier qui conduit à la grande plage de l’ile: Praia Formosa. Nous en avons pris plein les yeux, le sentier domine les pentes qui se jettent dans l’eau, la végétation est par endroit très luxuriante avec plein de verts différents et partout le bleu profond de l’océan en arrière plan. Le sentier descends ensuite vers la plage et traverse un dédale de curiosités géologiques, des roches incrustées de minéraux noirs et blancs, des coulées de lave qui se superposent et toutes sortes de couleurs du jaune jusqu’au rouge. Et enfin la grande plage Praia Formosa, pas beaucoup de monde ce jour là nous avons le choix pour poser notre serviette. Retour en stop jusqu’à Vila do Porto sans problèmes, environ 30 secondes d’attentes, et ç aaura été comme ça pour tous nos déplacements! Pas la peine de louer une voiture ici! Nous sommes tous les trois revenus enchantés de cette première rando et bien motivés pour en faire d’autres.

Mais la priorité c’est les réparations et pendant que je fais le collage du pont, Romain en profite pour faire un petit tour de l’ile en stop avant de prendre un avion pour San Miguel. On se sépare après une soirée partagée entre le bar « garrouchada » pour l’apéro et le fameux « central pub » pour le repas, les deux incontournables de Vila do Porto! Maintenant que le pont est recollé nous profitons avec Aurélie du weekend de Pentecôte pour faire deux jours de rando sur la côte est de l’ile.

On commence par la visite du centre d’interpretation de Vila do Porto. Très intéressant, faune et flore locale, et surtout toute une partie sur la géologie de l’île et notamment sur ses gisements importants de fossiles, inédits aux Açores! Santa Maria est la plus vieille des îles et n’est pas sur la même plaque tectonique que les autres, ce qui la rends unique de ce point de vue! Ce jour là le stop ne fonctionne pas très bien, heureusement après 1 heure d’essai, un couple de jeunes Portugais nous prends dans leur pickup. Le monsieur parle anglais, il nous explique pas mal de chose sur l’île et veut nous montrer les paysages incontournables de cette côte. Il n’hésite pas à laisser tomber son dimanche après midi à la plage pour nous faire une visite guidée , super sympa ! La falaise d’orgues basaltiques de Panasco, le phare et l’ancienne usine baleinière de Ponta do Castelo et la cascade de Maia. Nous décidons de continuer à pied à partir de la cascade. A travers les anciennes terrasses de vigne nous remontons sous la falaise, c’est hyper raide, les vendanges devaient être sportives à l’époque, et oui nous savons grâce à notre guide que suite à des normes sanitaires imposées par l’union européenne, la fabrication à des fins commerciales du vin de Santa Maria est maintenant interdite ! Seules quelques familles entretiennent leurs vignes pour faire des cuvées personnelles, on ne pourras pas le goûter… Nous débouchons sur le plateau au dessus de la cascade, il n’y a pas un bruit hormis les oiseaux et les grenouilles dans le ruisseau. Nous marchons à travers des pâturages et des bosquets, c’est paisible. Pour la nuit nous installons notre tente sur le terrain d’un gite rural où il n’y a personne, nous profitons du robinet pour faire notre tambouille. Le lendemain le sentier nous promène plus dans les terres dans des vallons verdoyants avant de revenir vers les falaises, nous avons l’impression d’avoir l’île pour nous, pas de touristes ni de randonneurs et quelques rares locaux ! Enfin nous arrivons à notre destination, la baie de Sao Lourenço qui offre un beau paysage de vigne en terrasse et en contrebas des rochers avec une eau limpide. On déjeune au snack de la piscine naturelle, très simple et pas cher! Retour en stop dans la benne d’un pickup, le gars fait un énorme détours pour raccompagner un copain, du coup nous profitons du paysage !

Retour à la marina pour la fin des travaux, la pièce est ressoudée, la pose se fait sans problème, je peux raccrocher l’étai de génois, et voilà c’est comme neuf ! Bon il reste le problème des voiles qui sont bien abimées, car les drisses installées pour remplacer l’étai  ont ragué dessus pendant 1000 miles…. Et je n’ai pas la motivation de refaire toutes les coutures à la main, on verra ça à Ponta Delgada, il y aura bien une voilerie. Ce soir on teste le resto du club naval, pas mal, soupe et salade de poulpe, gateau au chocolat, le tout pour un peu plus de 8 euros…. Ici les restaurant ne sont vraiment pas chers…. Il y a toujours une soupe à environ 1,50 euros, puis les entrée entre 3 et 5 euros et les plats entre 6 et 12…. Un hamburgers frites complet est à 6 euros 50…. C’est pour ça qu’on en profites! Tout comme les bars, 1 euros 5à ou 7à la bière, 1 euros 50 le verre de vin blanc…. Difficile de ne pas se laisser tenter!!!  Avant de partir on voulait faire le sommet de l’ile, le pico Alto (590m) et redescendre vers la cote nord. C’est reparti pour du stop, une famille nous dépose au début de la route qui monte au sommet. Nous entrons alors dans une forêt de conifères au tronc rougeâtre bien droit et à la hauteur impressionnante. Belle vue de l’ensemble de l’île au sommet. Le chemin continue ensuite sur une crête herbeuse et redescends dans la forêt qui alterne entre les grands conifères et la forêt primaire: la laurisylve , des arbres plus petits. Fin de journée nous arrivons à la maison du garde au milieu de la forêt, le bâtiment est abandonné, pile poil pour installer notre tente sur le terrain bien plat ! Le lendemain nous finissons la descente dans la forêt humide avant de déboucher sur la partie nord-ouest plus sèche. Changement de décors, la végétation se rabougrie, l’herbe jaunie. En fait l’ile est coupée en deux partie l’est et l’ouest par une « chaine de montagne », l’ouest est vert et humide et l’est jaune et sec. L’ile est un concentré de microclimats que l’on traverse en quelques heures, c’est changeant, on ne s’en lasse pas. A ne pas rater la baia do raposo et le désert rouge : Barreiro da Faneca, on se croirait sur Mars. Nous continuons ensuite vers la Ponta dos Frades et ses falaises avant de terminer notre périple dans le petit village d’Anjos devant la statue de Christophe Colomb, passé par là lors de son retour des Amériques. Retour en stop, préparation du départ et un petit resto à « garrouchada » pour finir en beauté par 2 spécialités des Açores servies dans des plats en terre, un plat de viande mijotée : Alcatra Terceirense et un plat de poisson: Lombo de Bacalhau (filet de morue) servie dans une tuile, délicieux tout les 2.

Et le samedi matin nous mettons on route pour l’ile de San Miguel, une petite navigation de 55 miles. Mais le vent n’est pas de la partie et nous faisons tout au moteur, dommage. Dans le soleil couchant nous découvrons Ponta Delgada avec ses immeubles et son port de commerce, le choc après notre séjour sur Santa Maria et avant le Cap Vert. Mais l’île regorge de curiosités à voir et les enfants reviennent avec leurs grands parents lundi, une nouvelle aventure commence.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s